Pyrale du buis

La pyrale du buis (Cydalima perspectalis) est un petit papillon nocturne de la famille Crambidae, originaire d'Asie orientale. Il a été découvert pour la première fois en Europe en 2007, au sud est de l'Allemagne. Il est présent en Suisse depuis 2008.

La pyrale du buis attaque plus particulièrement les espèces Buxus sempervirens, Buxus microphylla, Buxus sinica et Buxus colchica. Les larves hivernantes commencent à dévorer les feuilles lorsque la température atteint environ 7 °C, soit vers la deuxième quinzaine de mars. Les larves colonisent d'abord la partie centrale des buis, les morsures sont visibles en avril.  Les températures optimales pour leur développement se situent entre 18 et 30 °C. De la dernière génération de l'année précédente (env. 2-4 générations par an selon les conditions climatiques), des chenilles mesurant jusqu'à 5 cm se développent. Elles ont une tête noire, un corps jaune à vert foncé avec des stries longitudinales noir-blanc et des longs poils blancs isolés sur le dos. La chenille se transforme en nymphe après une phase de nutrition qui peut durer jusqu'à 10 semaines (suivant les conditions climatiques) et 7 à 10 jours plus tard un papillon éclot. Il est blanc, avec une bordure noire sur les ailes. La durée de vie des papillons est courte; ils la consacrent à la ponte des oeufs. Les oeufs, chacun avec un point noir au centre, sont déposés en plaques jaunâtres sur la face inférieure des feuilles situées à l'intérieur des buis. De ces oeufs éclot une nouvelle génération de papillons. Jusqu'à trois autres générations suivront, avec les divers stades du cycle biologique qui se chevauchent. Le développement s'arrête avec l'arrivée de l'hiver, dès que la température tombe durablement sous 7 °C.

Dégâts

Les chenilles de la pyrale du buis dévorent les feuilles, les jeunes pousses et l'écorce des buis, ce qui entrave la pousse printanière et offre des portes d'entrée aux maladies fongiques ou bactériennes. Sans une intervention précoce les arbustes sont dénudés et finissent par périr.

Une attaque de pyrale du buis est reconnaissable par les toiles tissées par les chenilles pour se protéger et se mouvoir et par les cocons tissés pour hiverner.  Cette caractéristique ne se retrouve pas lors du dépérissement du buis causé par une maladie fongique. 

IMG_6088-photo-JC-MARTIN-INRA2.JPG

Pyrale du buis

BBZraupe22.JPG

chenille de la pyrale du buis

BBZ-Schaden2.jpg

dommage

Lutte

1. Nettoyer les endroits attaqués.

De novembre à mars, il faudrait récupérer les cocons des larves hivernantes et les brûler.

2. Détection précoce d'une attaque

Surveiller le vol de la pyrale du buis avec le piège à pyrale du buis, en mars/juin et jusqu'à fin septembre/octobre (suivant les conditions climatiques), afin de prévenir les dégâts.

Installer un piège pour une surface de 180 m2  lors d'une attaque normale ou 30 m2 pour une forte attaque. Pour les haies, un piège suffit pour 200 mètres linéaires. Si le buis a une hauteur supérieure à 1,5 m, suspendre le piège à hauteur des yeux, sinon le fixer à un support.

Le piège à pyrale du buis permet la capture des papillons mâles et donc à connaître la période de vol du parasite et son intensité. Il est réutilisable. La phéromone BuxUno agit pendant une saison entière.